Categorie : GEPSo

14 février 2020

1 INFIRMIER (H/F)

L’INSTITUT LE VAL MANDE, Etablissement public regroupant 13 services éducatifs et accueillant des personnes en situation de handicap, recherche pour l’ouverture du Val Consult située à Saint-Mandé (métro ligne 1) :

 

1 INFIRMIER (H/F)

Poste à pourvoir au 1er mars 2020

 

Missions principales :

 

  • Élaborer et formaliser un diagnostic santé de la personne accueillie
  • Analyser, synthétiser des informations permettant la prise en charge de la personne
  • Élaborer le projet de soins et le plan du traitement du patient
  • Mettre en œuvre le projet de soin relavant de sa compétence (rôle propre et sur prescription)
  • Éduquer, conseiller le patient et son entourage dans le cadre du projet de soins
  • Mettre à jour le dossier de soin de la personne
  • Concevoir, formaliser et adapter des procédures / protocoles / consignes relatives à son domaine de compétence
  • Proposer et mettre en œuvre au sein de l’établissement des actions de prévention à la santé (hygiène, douleur, circuit du médicament, vaccination….)
  • Accueillir et encadrer les futurs professionnels IDE
  • Participer aux diverses réunions.
  • Suivre les orientations du projet de service

 

Votre Profil :

 

–           Diplôme d’Etat d’Infirmier

–           Débutant accepté

 

Recrutement par voie contractuelle ou statutaire

Poste à 100%, – CDD de 6 mois renouvelable avec possibilité à moyen terme (3 ans) d’intégrer la FPH ou passage en CDI

 

Rémunération selon grille indiciaire de la fonction publique hospitalière

Débutants 2 026.47 € brut à revoir selon l’ancienneté

 

Site de St Mandé (94) à 200m de Paris Métro ligne 1

 

Pour toute candidature sans réponse de notre part sous un délai d’un mois, merci de considérer que celle-ci n’a pas été retenue

Pas d’envoi par les adresses yahoo.fr qui sont bloquées par notre anti spam

 

Candidature à adresser à M. le Directeur sous réf « IDE/CONSULT »

Mail : recrutement@ilvm.fr

Courrier : Institut Le Val Mandé, 7 rue Mongenot, – CS 50029, 94165 St Mandé cedex

+

21 janvier 2020

Communiqué – Ni déni, ni bashing mais une nécessité à agir collectivement !

Diffusé le 19 janvier 2020 dans l’émission Zone Interdite, le reportage « Mineurs en danger : enquête sur les scandaleuses défaillances de l’aide sociale à l’enfance » dénonce des violences à l’encontre d’enfants accueillis dans des établissements de l’ASE et des dispositifs à bout de souffle.

Nos six organisations partagent la même indignation face à de telles violences et l’exigence d’y remédier au plus vite. Rien ne peut justifier des pratiques maltraitantes, et plus largement, toute forme de violence faite aux enfants. À cet effet, nous demandons à ce que l’ensemble des moyens nécessaires soient mis en œuvre pour rendre effectifs la stratégie de prévention et de protection de l’enfance ainsi que le plan de lutte contre ces violences (annoncé par Adrien Taquet à la date symbolique du 20 novembre 2019 et dont le financement reste à définir), tout comme l’ensemble des dispositions législatives et réglementaires existantes. Nous appelons, en outre, à ce que les préconisations du Défenseur des droits émises dans son dernier rapport annuel soient suivies d’effets. C’est une démarche d’amélioration continue de la qualité, de prévention, d’accès aux soins et de respect des droits de l’enfant, avec un renforcement des mécanismes de contrôle (à tous les niveaux), qui doit être mise en place. Cette démarche volontariste doit réunir l’ensemble des acteurs concernés autour d’un même objectif : le développement complet et global de l’enfant. (suite…)

+

17 janvier 2020

Communiqué – Protection de l’enfance : de l’urgence de la transparence

Le document « Mineurs en danger : enquête sur les scandaleuses défaillances de l’aide sociale à l’enfance » du magazine « Zone interdite » sera diffusé le 19 janvier. Au nom du respect des Droits fondamentaux des enfants et de leurs familles, nous condamnons avec la plus grande fermeté les faits de violences qui ont déjà été relayés par la presse en amont de la diffusion du reportage.

Nous pensons aux enfants victimes et à leurs familles et nous invitons à ce que les portes des établissements de protection de l’enfance s’ouvrent pour que de tels actes soient mis en évidence rapidement et condamnés par la justice, mais aussi pour donner à voir tout ce que les institutions et professionnels qui accompagnent les mineurs en danger et leurs familles apportent au quotidien. (suite…)

+

12 décembre 2019

Communiqué – Assises des établissements publics protection de l’enfance à Montpellier les 28 et 29 novembre 2019 « Oser le verbe aimer »

L’impression générale dégagée par ces deux journées de réflexion qui ont réuni plus de 500 participants sur le thème du lien et de l’attachement ? Sans nul doute, une atmosphère mélangeant ouverture d’esprit, humilité, et, reprenant le terme qui a été fil rouge des interventions, bienveillance.

Bien évidemment, l’assemblée des professionnels et les usagers, qu’ils aient été intervenants ou participants, n’ont pas nié les difficultés rencontrées par les acteurs de la politique publique de Protection de l’Enfance. Mais, à l’image du discours introductif du Secrétaire d’Etat Adrien Taquet, la volonté était clairement au dépassement de constats parfois seulement négatifs pour tenter de co-construire une pensée et des modes d’action communs et partagés.

En ont témoignés des moments forts lors de ces deux jours, qu’il sera difficile de lister de manière exhaustive: l’émotion provoquée par Philippe Gaberan lorsqu’il évoque un souvenir de lui éducateur ne sachant pas repérer dans le feu de l’action le besoin d’un jeune d’échanger sur un sujet sensible et intime ; l’interpellation d’un usager du foyer de l’enfance de Montpellier, venu assister aux Assises, à l’assemblée « mais pourquoi les éducateurs ne nous disent que rarement qu’ils nous aiment ?! » ; la standing ovation à destination des clowns analystes qui, au-delà du rire qu’ils ont provoqué pendant ces deux jours, ont amené l’assemblée à se regarder elle-même en prenant du recul ; la conclusion bienveillante mais « pas bisounours et surtout testée!» du Grand Témoin David Da Fonseca …

Les apports théoriques amenés par les conférenciers ont été pendant ces deux jours d’un haut niveau. Que ce soit dans le domaine des neurosciences pures, avec l’intervention de Samah Karaki ou encore de l’ingénierie sociale, avec l’intervention d’Hervé Reiss. L’assemblée ne s’est pas perdue, puisque tous ces apports étaient très directement liés aux pratiques quotidiennes et illustrés par des cas concrets. De plus, les 4 ateliers organisés le jeudi après-midi ont permis de réels échanges entre intervenants et participants, favorisant là encore des moments forts avec par exemple l’intervention de Nadège Séverac sur la mémoire et l’impact des maltraitances et violences conjugales sur le fonctionnement de l’enfant. « Magistral!» dira même un participant en sortant.

Sans aller jusque-là, on peut néanmoins dire que ces Assises cru 2019 auront rempli leur mission : créer la possibilité du lien, l’établissement de la relation, permettant ainsi aux professionnels du secteur de faire une pause pendant deux jours, au profit de l’enrichissement mutuel et de la réflexion. Nous retiendrons aussi en repartant, les paroles de Marion Le Texier, Directrice de MECS« il faut redonner de la souplesse à nos organisations, pour permettre à ces liens d’exister».

+

10 décembre 2019

1 MEDECIN PSYCHIATRE (H/F)

L’INSTITUT LE VAL MANDE, Etablissement médico-social public, accueillant des personnes en situation de handicap, recherche pour son SESSAD DDV 14-25 ans (déficients visuels) situé à Créteil, métro 8 pointe du lac :

1 MEDECIN PSYCHIATRE (H/F)

Temps partiel – 20 %

 

Missions :

Favoriser sur le plan médico-social les projets d’insertion globale d’adolescents et de jeunes adultes, âgés de 14 à 25 ans  déficients visuels : Suivi du projet scolaire et professionnel, autonomie dans les actes de la vie quotidienne.

 

Au sein d’une équipe pluridisciplinaire, vous aurez pour missions :

  • De soutenir l’équipe pluridisciplinaire en réunion socio-éducative concernant la réflexion et les indications relatives à l’accompagnement psycho-éducatif des jeunes.
  • D’apporter un soutien aux jeunes en difficultés psychologique
  • De s’entretenir avec les familles à leur demande ou en cas de besoin, les informer sur la prise en charge thérapeutique des jeunes accueillies.
  • D’assurer les suivis psychiatriques et la prescription des traitements s’y afférant en lien avec les médecins référents extérieurs.
  • De coordonner les interventions médicales et soignantes en lien avec le projet personnalisé du jeune.
  • D’élaborer les protocoles de soins en rapport avec ses compétences
  • De tenir à jour le dossier médical des jeunes accueillis
  • De contribuer à la formation et à l’information des professionnels du service
  • Participer à la procédure d’admission et d’orientation des jeunes.
  • Participation à la vie institutionnelle

 

Poste à pourvoir au 1er janvier 2020

Recrutement sur poste vacant par voie contractuelle ou statutaire (mutation/détachement)

Rémunération à revoir selon l’ancienneté sur la grille de praticien hospitalier selon l’ancienneté.

 

Pour toute candidature sans réponse de notre part sous un délai d’un mois, merci de considérer que celle-ci n’a pas été retenue

Pas d’envoi par adresses yahoo.fr qui sont bloquées par notre anti spam

 

Candidature à adresser sous la ref « DR/DDV » à : Monsieur le Directeur

Par mail : recrutement@ilvm.fr Ou par courrier : 7 rue Mongenot – CS 50029, 94165 Saint-Mandé cedex

 

+

06 décembre 2019

1 MEDECIN PSYCHIATRE (H/F)

L’INSTITUT LE VAL MANDE, établissement public regroupant 13 services éducatifs accueillant des personnes en situation de handicap, recrute pour son nouveau Foyer d’Accueil Médicalisé situé rue de l’Ermitage à Draveil (91)

 

 

1 MEDECIN PSYCHIATRE (H/F)

Temps partiel à 40 %

 

 

Au sein du nouveau Foyer d’Accueil Médicalisé pour personnes handicapées vieillissantes de 40 places, les missions du médecin psychiatre sont de :

 

  • Prendre en charge les problématiques psychologiques voire psychiatriques de personnes en situation de handicap vieillissantes (+ de 45 ans)
  • Participer à la réalisation de l’évaluation, l’observation, l’analyse et la réflexion autour du résident dans toutes ses dimensions de vie et à l’élaboration du projet individualisé
  • Élaborer les projets de soins avec les psychologues et l’équipe pluridisciplinaire
  • Apporter un étayage à l’équipe pluridisciplinaire, notamment grâce à la participation aux réunions d’unité
  • Participer à la vie institutionnelle et notamment à la Commission Médicale de l’Institut.

 

 

 

Poste à pourvoir au 1er septembre 2020

 

Recrutement sur poste vacant par voie contractuelle

Rémunération selon les grilles statutaire de  la fonction publique hospitalière,

à définir selon l’ancienneté

 

 

 

Pour toute candidature sans réponse de notre part sous un délai d’un mois, merci de considérer que celle-ci n’a pas été retenue

Pas d’envoi par les adresses yahoo.fr qui sont bloquées par notre anti spam

 

Candidature à adresser sous la référence : PSYCHIATRE/FAM 91 à :

 

Madame la Directrice par intérim

7 rue Mongenot – CS 50029

94165 Saint-Mandé cedex

recrutement@ilvm.fr

 

Contact : Mme Oumou GOLOKO : 01 49 57 70 00

+

06 décembre 2019

1 MEDECIN GENERALISTE (H/F) à temps partiel

L’INSTITUT LE VAL MANDE, établissement public regroupant 13 services éducatifs accueillant des personnes en situation de handicap, recrute pour son nouveau Foyer d’Accueil Médicalisé situé rue de l’Ermitage à Draveil (91)

 

1 MEDECIN GENERALISTE (H/F) à temps partiel

Temps partiel – 40 %

 

Au sein du nouveau Foyer d’Accueil Médicalisé pour personnes handicapées vieillissantes de 40 places, les missions du médecin généraliste sont :

 

  • Veiller à l’état de santé et assurer le suivi somatique et curatif des résidents accueillis en lien avec les médecins référents et les familles
  • Examiner, prescrire et suivre l’évolution des pathologies en collaboration avec l’équipe
  • Prescrire les actes infirmiers
  • Avoir un regard particulièrement attentif sur les vulnérabilités spécifiques du fait de l’avancée en âge des usagers
  • Réaliser une visite médicale annuelle de chaque usager
  • Participer à la vie institutionnelle et notamment à la Commission Médicale de l’Institut

 

Poste à pourvoir au 1er septembre 2020

 

Recrutement sur poste vacant par voie contractuelle

Rémunération selon les grilles statutaires à définir selon l’ancienneté.

 

Pour toute candidature sans réponse de notre part sous un délai d’un mois, merci de considérer que celle-ci n’a pas été retenue

Pas d’envoi par adresses yahoo.fr qui sont bloquées par notre anti spam

 

 

Candidature à adresser sous la ref « Med Gen/FAM 91 » à :

Madame la Directrice par intérim

7 rue Mongenot – CS 50029

94165 Saint-Mandé cedex

recrutement@ilvm.fr

 

Contact : Mme Oumou GOLOKO : 01 49 57 70 00

 

 

+

06 décembre 2019

1 PLOMBIER (H/F)

L’INSTITUT LE VAL MANDE

 

Etablissement public regroupant 12 services éducatifs accueillant des personnes en situation de handicap, situé à St Mandé, recherche pour ses Services Techniques :

 

1 PLOMBIER (H/F)

A pourvoir dès que possible – Temps plein

 

Vos missions :

 

  • Divers travaux de maintenance plomberie au sein d’une équipe de 6 personnes représentant l’ensemble des corps de métier

 

Votre profil :

  • Vous possédez au minimum un CAP

 

 

Rémunération selon grille indiciaire de la fonction publique hospitalière

Débutants : 1 713.10 € brut à revoir selon ancienneté

Recrutement par voie contractuelle (CDD de 6 mois),

Site de St Mandé (94) à 200m de Paris Métro ligne1

 

Pour toute candidature sans réponse de notre part sous un délai d’un mois, merci de considérer que celle-ci n’a pas été retenue

Pas d’envoi par les adresses yahoo.fr qui sont bloquées par notre anti spam

 

 

 

Candidature à adresser à M. le Directeur sous réf « PLOMB/ST » :

Mail : recrutement@ilvm.fr

Courrier : 7 rue Mongenot, – CS 50029, 94165 St Mandé cedex

 

 

 

+

05 décembre 2019

Le programme PEGASE a désormais son site Internet !

PEGASE est un programme de santé publique expérimental proposant un suivi standardisé et des soins psychiques précoces qui visent à prévenir les séquelles à long terme des maltraitances infantiles chez les très jeunes enfants protégés. Il sera mis en œuvre auprès de 2500 jeunes enfants bénéficiant d’une mesure de Protection de l’enfance à partir de fin 2019 pour une période de 5 ans. Il est financé à hauteur de 8,5 millions d’euros par l’Assurance Maladie au titre de l’Art51 de la LFSS.

Dans le cadre d’un partenariat avec le GEPSo, PEGASE s’appuiera pour l’expérimentation sur 15 pouponnières volontaires, adhérentes au GEPSo.

Voir le site sur www.programmepegase.fr

+

05 décembre 2019

Les foyers de l’enfance s’ouvrent jusqu’aux neurosciences

Article publié par Le Média social

L’étude du cerveau peut s’avérer utile aux acteurs de la protection de l’enfance. Le Gepso les y a conviés pour ses 8e Assises à Montpellier. L’association poursuit ainsi sa démarche d’ouverture des établissements publics, après les stigmatisations du début d’année.

Même sur grand écran, le schéma semble incompréhensible. Il y est question de thalamus, d’amygdales et d’hypothalamus, entre lesquels se croisent des flèches assez obscures. Avec les explications d’Hervé Reiss, « ingénieur social », le propos devient évidemment plus limpide. Ici est représenté le circuit du stress dans notre cerveau. Et le cortex préfontal, dessiné en haut à gauche, est en fait le « régulateur des émotions », qui peut analyser chaque situation, et éteindre la peur lorsqu’elle s’avère injustifiée…

Tout le problème est que « les jeunes placés dans nos institutions sont des enfants polytraumatisés », poursuit cet éducateur spécialisé de formation. « Et cela a des conséquences particulières sur le cerveau ! » Ainsi l’orateur ne s’adresse pas à des médecins, mais bel et bien à des professionnels des établissements publics de la protection de l’enfance…

« Posture bienveillante »

Et il était bien question de travail social pour ces 8e Assises, organisées par le Groupe national des établissements publics sociaux et médico-sociaux (Gepso), les 28 et 29 novembre à Montpellier. L’intitulé même, du reste, chassait toute équivoque – « De la bonne distance à la juste proximité : aller vers, plutôt que faire venir… » Et en plénière, comme en atelier, il a bien été question de « pratique du lien », de « posture bienveillante », ou de « recueil de la parole ».

Élargir la palette

Il reste que les neurosciences « apportent des nouvelles perspectives de compréhension au champ de la protection de l’enfance », comme il est précisé dans le programme du Gepso. Et sans « s‘affranchir des champs théoriques qui ont constitué l’histoire du travail social », l’enjeu est aujourd’hui « d’élargir la palette » et « d’ouvrir les espaces de compréhension de l’Autre ». Au programme des Assises des foyers de l’enfance figurait ainsi, également, l’apport des neurosciences face aux maltraitances. Et le pédopsychiatre David Da Fonseca y aura même pu expliquer, au passage, ce qu’est la « position méta » – ce « pas de côté qui permet de ne pas être envahi par les émotions » en réalisant que notre cerveau les produit lui-même…

Faire appel à toutes les disciplines

Il est vrai que les « besoins fondamentaux de l’enfant » ont été mis au centre des priorités, après le rapport éponyme de 2017 de Marie-Paule Martin-Blachais. « Or pour connaître ses besoins, il faut faire appel à toutes les disciplines qui les étudient », explique en aparté la présidente du Gepso, Marie-Laure de Guardia. Pour mieux comprendre son cerveau, dès lors, « Il faut s’intéresser aux neurosciences, qui depuis plus de dix ans l’étudient, en croisant la psychiatrie, la neurologie et la psychologie ». Du reste, « les nouveaux professionnels sont très ouverts à cette approche », remarque la présidente.

« Les médias peuvent être nos alliés ! »

Voilà qui prolonge donc la démarche d’ouverture prônée par le Gepso au terme d’une année particulière. Car en janvier dernier, les foyers de l’enfance ont été singulièrement mis en cause par le documentaire de France 3 sur les enfants placés, décrits comme des « sacrifiés de la République ». Passée la sidération, le Gepso a constitué un groupe de travail pour la communication en protection de l’enfance. « Et notre réponse est finalement d’appeler nos établissements à l’ouverture », explique Marie-Laure de Guardia. De fait, « la violence est inhérente à notre mission » : plutôt que de la cacher, l’essentiel est d’y répondre, et notamment grâce aux neurosciences. Mais pour « chasser les idées reçues, les établissements doivent devenir politiques, parler de ce qu’ils font, et s’exposer »… « Les médias peuvent être nos alliés ! »

Les établissements doivent s’ouvrir

Le Gepso a d’ailleurs profité de l’anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), le 20 novembre, pour communiquer publiquement sur « la nécessité d’ouverture des établissements ». Le groupe national compte même proposer à ses adhérents, dès 2020, « des actions de communication en direction des partenaires » et de « ceux qui les côtoient ».

« Cuvée spéciale »

Au fond cette « cuvée spéciale » qu’aura été 2019, selon Marie-Laure de Guardia, aura même « fait émerger un regard différent, plus bienveillant, sur la protection de l’enfance ». Pour preuve, la présidente cite la nomination d’un secrétaire d’État ad hoc en janvier, mais aussi un plan contre la pauvreté attentif à l’enfance, ou encore un dernier rapport du Défenseur des droits s’ouvrant à la violence des institutions publiques… « Désormais on peut s’exposer et travailler en sérénité ». Et même se pencher sur les neurosciences.

 

 

+